vendredi 27 août 2010

Droit de réponse

Revenons sur les rectifications de l’orthographe de 1990, dont l’impact sur l’adjectif « sûr » vous a fait douter de l’utilité d’après les commentaires sur Facebook. La nouvelle règle concernant l’accent circonflexe aurait sans doute trouvé grâce à vos yeux si nous vous en avions retranscrit l’énoncé complet, à savoir :

L’accent circonflexe ne se met plus sur le i ni sur le u (nous entrainons, il parait, flute, traitre).
Exceptions : le circonflexe est maintenu, pour sa fonction analogique ou distinctive,
- dans les terminaisons verbales du passé simple (ex. :
nous vîmes, vous lûtes et du subjonctif (ex. : qu’il partît, qu’il eût voulu) ;
- dans
jeûne(s), les masculins singuliers , mûr et sûr, et les formes de croitre qui, sinon, seraient homographes de celles de croire.

Avouons que cela simplifie grandement les choses. Mûr et sûr sont maintenant calqués sur (, due, dus, dues).

Enfin, rappelez-vous qu’un des principes fondateurs des rectifications de 1990 est que les anciennes graphies et les nouvelles graphies coexistent, que ni les unes ni les autres ne doivent être considérées comme fautives. C’est l’usage qui aura le dernier mot !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire